Dans la pratique des postures de yoga, il est important de se rappeler les principes de base du yoga. Et les premiers de ces principes, les portes d’accès, sont ahimsa, la non-violence et satya, la vérité.
Comment dans la pratique pouvons-nous observer ahimsa et satya? Guruji B.K.S. Iyengar a souvent parlé sur ce thème en utilisant l’expression « rester entre les rives » de la posture. Telle la rivière qui coule entre ses rives et idéalement n’en déborde pas, le corps doit rester entre les rives de la posture, ces rives étant ahimsa et satya.
Selon les textes yogiques, la violence naît de la peur, de la faiblesse, de l’ignorance, ou de l’agitation ou peut être causée par la colère, l’avidité ou l’illusion. Il faut aussi se rappeler que ahimsa (non-violence) n’est pas le laisser-faire ou la complaisance, c’est une attitude positive. « La non-violence est une force active » disait Ghandi.
Les obstacles précités : ignorance, agitation, avidité et illusion, sont souvent présents lorsque nous pratiquons. Les reconnaître nous donne la possibilité d’y faire face et de les surmonter. « En élevant ce qui est faible ou engourdi au niveau de ce qui est intelligent et fort, le sadhaka apprend à employer la compassion dans l’action » dit B.K.S. Iyengar.
Reconnaître dans notre pratique l’état de notre corps et de notre mental, apprendre à observer et tenir compte de nos observations , tout cela nous permet d’évoluer à l’intérieur des rives de ahimsa et satya . Comment trouver la vérité, l’ honnêteté dans la posture. D’abord, il faut observer, voir, sentir. Par exemple, ai-je bien aligné mes pieds, le poids du corps est-il réparti également, est-ce que j’utilise également les deux côtés de mon corps? Une fois que j’ai observé une faiblesse, une asymétrie, quelle sera mon attitude? Rester là ou ajuster, corriger? Rester là implique un laisser-faire, qui a plus à voir avec la violence qu’avec la non-violence. Il faut du courage pour changer et le yoga nous aide à développer ce courage.
« Quand la droite et la gauche sont intégrées, on se trouve en présence de la vérité. La véritable non-violence, c’est cet équilibre entre les deux. » B.K.S. Iyengar
Gandhi disait qu’il fallait chercher l’étreinte de la vérité. « Ahimsa (non-violence) est le moyen, satya (vérité) est le but. La vérité doit constituer le cœur de notre activité. Dès qu’elle est débarrassée des toiles d’araignées de l’ignorance, la vérité brille avec éclat ». Ghandi.
Mon professeur Faeq Biria, racontait l’histoire suivante :
Vous êtes dans un grenier, dans l’obscurité. Quelqu’un vient et allume. Tout à coup vous voyez ce qui vous entoure ; des trésors oubliés peut-être mais surtout la poussière, les toiles d’araignées, les araignées… Que faire alors? Peut-on éteindre et faire comme si on n’avait rien vu?
Le yoga est à la fois cette lumière qui nous ouvre les yeux et la voie qui mène à cette lumière. Bonne route.